Juin 2016   Randonnée dans le massif de l’Arbas

Cette sortie était proposée en partenariat avec Nature Midi Pyrénées. Nous étions une douzaine de privilégiés pour cette randonnée au départ du lieu dit de la Fontaine de l’Ours à Arbas.

 

La première partie de l’ascension, dans de magnifiques ambiances forestières brumeuses, s’est révélée sportive et glissante : On l’appelle l’ « échelle » de Peyreguile !

DSC04273

Dryopteris affinis

Le Dryopteris affinis a une forme caractéristique de corbeille régulière

 


Delphine nous a alors donné des clés de détermination afin de reconnaître plusieurs genres de fougères rencontrées sur le chemin, Dryopteris, Polysticum, etc.

 




Puis les milieux ouverts, tout d’abord rocheux, nous ont permis d’admirer, entre autres, des tapis de Scilles printanières, ainsi que l’Erine des Alpes.
 

DSC04289 


Juste au-dessus nous attendaient de magnifiques ifs, puis une pelouse aux nombreuses espèces et aux panoramas somptueux.



DSC04295

 

DSC04302 


Nous avons pique niqué au milieu d’un parterre d’orchidées dont la magnifique Ophrys mouche (Ophrys insectifera).
 
 
 
 
 

 
Les plus courageux d’entre nous ont continué la randonnée vers le début du massif karstique labyrinthesque de la coume d’Auère, troué de nombreux gouffres.

D’autres sont montés au Tuc de Haurades, constitué en partie de lerzolite, roche entourant le manteau de la Terre à 50 kilomètres de la surface, et dont les affleurements sont très rares.
 

En fin de journée, nous avons vu 4 motos trials totalement en dehors des pistes. Comme le rappelle notre plaquette financée par Nature et Découvertes : « Strictement règlementée en France, leur pratique n’est pas autorisée dans les milieux naturels. Tout contrevenant s’expose à une amende pouvant atteindre la classe 4 et un montant de 750 €. »

DSC04311L’un des participants a essayé d’arrêter l’un de ces motards qui est passé en force. Les motos n’avaient pas de plaque d’immatriculation.

Un manque clair d’effectifs de gardes existe dans les milieux naturels ; à l’ONF, les gardes forestiers verbalisent les personnes qu’ils rencontrent et qui sont en infraction, notamment des véhicules sur les pistes forestières au passage limité aux ayants droits. Mais ils n’ont ni le temps ni les moyens de faire la police de manière efficace, leurs missions étant très variées, partagées généralement entre le terrain et l’administratif.

La descente, elle, s’est faite en douceur.
 

Une journée très réussie avec un groupe motivé et enthousiaste !
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *