Nous avons beaucoup de chance par rapport à d’autres régions de France, notre territoire ne possédant que deux, voire trois installations classées Seveso 2 seuil haut A.S : Fibre Excellence, anciennement Tembec située à Saint Gaudens, la station Antargaz et la société chimique B.A.S.F de Boussens.
 

Voici tout d’abord une vidéo très instructive, disponible en cliquant sur ce lien, réalisée dans le cadre de la campagne d’information 2008 des populations sur les risques industriels majeurs et sur les bons réflexes à adopter en cas d’alerte.

Notre association n’étant impliquée que dans le suivi de Fibre Excellence, nous ne parlerons donc que de cet exploitant.
 

fibre3

 
Concernant ce site, le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) vient d’être validé par la Préfecture de Haute Garonne sous la référence  : 31-2015-12-30-002.

Le dossier est à la disposition du public à la sous préfecture de Saint Gaudens, en mairies de Saint Gaudens et de Valentine ainsi qu’à la communauté de communes aux heures habituelles d’ouverture des bureaux au public, ou en cliquant ici.

Pour comprendre et savoir le passage de la directive Seveso II en Seveso III, cliquer ici.


Pour plus d’informations, voici également, une vidéo de la DREAL sur l’élaboration et la procédure de mise en oeuvre collégiale d’un PPRT : Cliquer ici.

fibre1

Un jour d’hiver …

papeterie st gau

Jour de beau temps à Saint Gaudens

 










En complément de la participation à l’élaboration du PPRT, nous avons déposé une plainte conjointe avec FNE Midi Pyrénées en 2011 à l’encontre de Fibre Excellence pour plusieurs atteintes à l’environnement, ainsi qu’une assignation sur la même affaire. pour pallier à l’absence de réponse de la justice quant à notre plainte.

En définitive, l’assignation vient d’être traitée et justice rendue : de par son jugement du 7 décembre 2015, le juge reconnaît pleinement l’action préventive de nos associations qui se sont fortement investies dans le fonctionnement de cette installation à risques. Ainsi, par cette décision, le tribunal réaffirme que les règles de prévention des risques environnementaux et sanitaires applicables à de telles installations sont indispensables et a condamné l’exploitant à régler aux deux associations 5200 Euros à titre de dommages et intérêts plus frais d’huissier.



 Pour les riverains du site de Boussens qui souhaiteraient de plus amples informations sur leur site de proximité :

cliquer sur ce lien

 
Les risques industriels concernent également les industries extractives du territoire (poussières, nuisances sonores, stocks de matières inflammables, etc) comme les carrières à ciel ouvert.

Dans le cadre de notre veille écologique, nous avons intenté un recours gracieux auprès de l’Etat venant d’autoriser le démarrage d’exploitation de la deuxième tranche de la carrière de marbre d’Arguenos.

La Préfecture de la Haute Garonne nous a adressé une réponse négative (en date du 04 Décembre 2015) sur ce que nous estimions en partie préjudiciable du fait des conditions d’octroi d’autorisation de reprise de l’activité sans avoir au préalable terminé la restauration ou remise en conformité de la première tranche, telle que prévue par les lois environnementales.

L’état a justifié principalement sa décision par le changement du mode opératoire de l’exploitant et par la prise de dispositions nouvelles dont notamment la mise en place d’une CLIC (Commission Locale d’Intervention et de Concertation).

La CLIC doit se réunir régulièrement au niveau local, où participent sur invitation de l’Exploitant, les municipalités riveraines, les associations de défense de l’environnement (dont la nôtre) et autres, l’ONF délégué et représentant le propriètaire domanial, et éventuellement suivant nécessité les instances Préfectorales et la DREAL.

Nature Comminges a également tutoré un stage d’étudiants d’elèves ingénieurs de l’ENSAT se destinant plus tard à devenir des professionnels en matière de protection de l’environnement, dont l’action a pu être soutenue avec la meilleure volonté de toutes les instances participatives de la CLIC, ainsi que de l’Exploitant de la carrière.

Enfin, il nous semble important d’informer tout un chacun des incohérences existantes sur le marché de la dépollution, notamment concernant l’industrie du ciment : Plus l’industrie européenne du ciment émet de CO2, plus elle s’enrichit !

L’article de Mediapart est téléchargeable ici.


 
 

Toutes photos : Membres de Nature Comminges